6 mois à Montréal
CARNET DE VOYAGE,  Montréal

Nos six mois d’expatriation à Montréal

L’automne, touche à sa fin et laisse doucement place à l’hiver canadien. Les saisons se sont succédé, laissant chacune une empreinte particulière dans notre mémoire. On commence à peine à prendre nos marques à Montréal, qu’on se rend compte que la fin de l’année approche à grands pas !

 
Que le temps passe vite… Cela fait maintenant six mois que nous avons quitté Paris pour nous envoler vers nos rêves et nos espoirs ! Une nouvelle page s’est donc ouverte dans notre vie depuis le mois de juin 2017 et l’on souhaitait partager nos six mois d’expatriation à Montréal avec vous. Notre parcours, nos impressions sur la vie ici, nos succès, mais aussi nos difficultés et nos interrogations depuis le début de cette aventure !
 
 
 
Comme partout, la vie à Montréal a ses bons et mauvais côtés. La perfection n’existe pas et si la ville parfaite existait, son secret est bien gardé parce qu’on n’en a jamais entendu parler !
Mais il n’empêche que le Canada est une destination qui offre beaucoup d’opportunités à ceux qui n’ont pas peur des nouveaux défis.
 

 

Le logement

En descendant de l’avion, notre premier défi était de trouver un logement, notre nouveau chez nous !
Après avoir enchainé quelques AirBnb, visité un nombre incalculable de vieux appartements plus déprimants les uns que les autres, on a fini par trouver celui dans lequel on a décidé de poser nos valises. Au total, il nous aura seulement fallu 10 jours pour trouver un sympathique 3 demi entièrement meublé. C’est rapide certes, mais on a dû y mettre le prix. À Montréal il est facile de trouver un logement, mais attention la plupart sont vieillissants, sombres et mal isolés… En tout cas,  c’est ce qui ressort de notre expérience !

 

Le quotidien


Ensuite, il a fallu s’habituer à une nouvelle ville, de nouvelles coutumes et une nouvelle mentalité. Après six mois d’expatriation à Montréal, on ne peut pas encore dire qu’on se sente totalement Québécois. Mais on peut dire qu’on s’est bien accoutumés en tant qu’expatriés. 
On commence à vivre au rythme des Montréalais, à comprendre leurs différentes expressions et même à les réutiliser parfois ! On achète en gros au supermarché parce que c’est plus rentable et on fait notre lessive dans une buanderie commune. Maintenant, on pense en dollars et surtout on ne se laisse plus surprendre par les taxes qui s’ajoutent au moment de payer.
Puis, on laisse aussi 15 % de tips (pourboires) lorsqu’on sort au restaurant, on regarde des émissions québécoises, on regarde des films en anglais sans les sous-titres, bref on s’adapte !

 

Financièrement

En ce qui concerne le budget, ce qui nous coûte le plus cher c’est évidemment le loyer. Mais aussi le forfait mobile, internet et la télévision. Fini BandYou et Free à des tarifs insignifiants. Ici il faut compter plus de 100 $ pour  l’ensemble de ces services !

Il a fallu également qu’on apprenne à vivre avec deux cartes bancaires : la carte de débit et la carte de crédit ! C’est cette dernière qui nous faisait le plus peur. C’est une vraie carte de crédit avec de l’argent avancé par la banque. Et bien entendu, une fois utilisé, il doit être remboursé à la fin du mois  sans délai !
Un crédit ? Jamais de la vie ! C’est ce qu’on disait avant. Maintenant, on a pris l’habitude de s’en servir au quotidien. Et même si on n’est pas fan de ce système, il est conseillé d’en avoir une pour se bâtir un historique de crédit ou cote de crédit. Pour mieux comprendre ce qu’est cet historique, c’est très bien expliqué sur le site de la banque Desjardins.

 

Le travail 

Le second gros défi était de trouver un emploi dans une branche qui nous plaisait. C’était un de nos objectifs après tout !
 
De ce côté, le pari est un peu moins réussi pour l’instant… Il est vrai qu’au Québec on vous donnera votre chance si vous êtes qualifié, motivé, et que vous faites vos preuves. Toutefois, même si le marché du travail est beaucoup plus ouvert et peut offrir de belles opportunités, ça reste un marché concurrentiel ! Certains auront la chance d’obtenir un emploi qualifié très rapidement. Mais pour les autres, il faudra se battre et accepter de commencer en bas de l’échelle. C’est plus ou moins notre cas. Pour le moment, mais on ne lâche rien !

 

six mois d'expatriation Montréal
 
Un autre des constats qu’on a pu faire durant ces six mois d’expatriation à Montréal, c’est qu’il devient de plus en plus difficile en tant qu’étranger d’obtenir un poste intéressant tout de suite, à moins d’être dans un secteur très demandé. Ç’a été une petite désillusion au départ, mais comme on vous l’a dit, la ville parfaite n’existe pas ! Et puis le Canada est vaste, Montréal n’est pas la seule ville intéressante.
Donc pour ceux qui aimeraient vivre l’expérience de l’expatriation, nous vous encourageons vraiment à le faire ! Mais gardez en tête que rien ne vous sera donné facilement et que la patience sera votre meilleure amie.

 

L’alimentation


Le troisième gros défi et pas des moindres c’était l’alimentation ! Et honnêtement, on n’a toujours pas réussi à s’habituer au mode de consommation nord-américain… Pour le coup, la nourriture de France nous manque et je pense qu’on n’est pas les seuls ! Chaque fois qu’on rencontre des Français qui vivent à Montréal, on parle tous des produits qu’on avait l’habitude de consommer avec nostalgie ! Je pense que lorsqu’on rentrera à Paris, on va prendre quelques kilos. 😏
 
Enfin, l’expatriation c’était aussi l’occasion de se lancer de nouveaux défis ! Partir pour tout recommencer comme avant ? Certainement pas ! On voulait essayer de nouvelles choses, faire ce qui nous passionne. Ce blogue en est le parfait exemple ! On voulait vivre une nouvelle aventure et pouvoir la partager avec nos familles, amis et tous ceux qui comme nous rêvent de voyage, de chalenge et de changement.
Écrire chaque semaine est parfois compliqué, mais c’est un tel plaisir ! La création de ce blogue était un défi et on est vraiment heureux de l’avoir fait ! 
 

Nos week-ends et voyages

Depuis le début, on a aussi eu la chance de visiter notre premier parc national, de découvrir la superbe ville de Québec et son parc de la Chute-Montmorrency. Ces six mois d’expatriation à Montréal nous ont permis de voir de magnifiques paysages. Et de vivre une expérience enrichissante autant sur le plan humain que professionnel. Six mois, c’est court certes. Mais en même temps, quand on sort de sa zone de confort c’est fou tout ce qu’on apprend en si peu de temps ! 
 
Au final, les inconvénients sont compensés par les choses positives qu’on a la chance de vivre au quotidien ! Et le plus difficile dans l’expatriation c’est surtout d’être loin de sa famille, de ses amis et de ses repères ! Pour nous en tout cas, c’est vraiment dur parfois. Nous sommes tous confrontés à un moment ou un autre à cette nostalgie où on se remémore tous les bons moments passés avec nos proches. Et  le manque se fait ressentir. C’est en étant loin de ceux qu’on aime qu’on prend vraiment conscience de la chance qu’on avait de les avoir près de nous !


Mais c’est un choix et on ne regrette pas de l’avoir fait ! On ne sait pas encore si on restera vivre au Canada. Mais ce dont on est sûr c’est qu’on va vraiment en profiter et essayer de faire de cette expatriation un merveilleux souvenir ! On vous partagera nos nouvelles impressions lorsque nous aurons vécu 1 an au Canada. 

35 Comments

  • Natieak

    J'ai été à Montréal cet été en famille. Effectivement, les différents appartements ou maison qu'on a loué n'était pas de première jeunesse. Cela ne nous avait pas géné car on était que pour quelques jours à chaque fois mais en habitation du quotidien, j'aurai fait en sorte de trouver quelque chose de plus "frais". Pour l'alimentation, même sur un court délai, la nourriture française me manquait déjà alors sur 6 mois ….
    C'ets marrant pour la carte de crédit car justement en faisant nos courses, la caissière nous avait demandé si c'était une carte de débit ou de crédit, sur le coût, on n'était pas compris le pourquoi de sa question !

  • BettieRose Books

    Hello
    J'ai adoré lire ce bilan des 6 mois parce que c'est, à mon sens, le juste temps nécessaire pour se faire une idée réelle de la vie qu'on mène. Du coup vous allez passer votre premier hiver, il parait que pour certaines personnes c'est très difficile. J'ai connu un couple qui a "échoué" dans son expérience pro car lui était prof et il n'était pas du tout accepté par ses collègues. Un vrai enfer, rapport à l'accent/la maitrise du français etc. Mais chaque expérience est différente.
    Quels aliments "français" vous manquent le plus?
    Sinon je suis choquée par le forfait mobile, internet et télévision et son coût ! OMG !

  • Bambins,Beauté et Futilité

    Coucou !

    Ha là là, moi, ça me vend toujours autant du rêve !
    Avoir mon mari, nous rêvons depuis des années de partir vivre au Canada avec notre fils !
    Mais, nous n'avons pas le budget, peut-être pas assez de qualifications non plus et surtout, les démarches me paraissent insurmontables ! Nous aimerions partir du côté de Moncton dans le Nouveau-Brunswick qu'on aime beaucoup, même si Montréal et Québec sont sublimes !
    Espérons que notre rêve se réalise un jour !

    Belle soirée,

    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

  • Camille

    Hello ! Moi qui veut voir pour aller au Canada après mes études pour y travailler, je note bien tout ça. J'avoue que les prix pour le téléphone et l'internet sont exorbitants :O

  • Cathy No Mummy's Perfect

    J'aime beaucoup suivre vos aventures canadiennes, découvrir comment se passe la vie là bas et être surprise d'habitudes que nous n'avons pas… Comme la carte de débit par exemple c'est assez surprenant je ne connaissais pas le principe ! Par contre je savais que niveau alimentation c'était pas toujours simple pour les expats français mais je suis curieuse de savoir ce qui vous manque précisément ? Je sais que souvent le fromage est une chose qui n'est pas au top là bas non ?

  • Serena

    Coucou,
    Oh c'est une belle aventure que vous vivez mais je ne savais pas que c'était si cher pour internet, la télé et le téléphone, ça fait un sacré budget quand même !
    Quant à la nourriture, déjà quand je pars 3 semaines en Espagne, les viennoiseries, baguettes et tartes fines me manquent, alors 6 mois, je n'imagine pas !
    Gros bisous 🙂

  • Rainbowdrache

    Je ne comprends pas bien le système (et l'intérêt??) des deux cartes bancaires… je vais me renseigner ^-^' En tout cas bravo à vous d'être partis la bas pour changer de vie ! Et qu'est-ce-qui change niveau alimentation??

  • Sarah Croft

    Ah oui l'alimentation je me souviens, ça n'a rien à voir avec la France. Mon ami qui était sur place m'avait d'ailleurs demandé de lui ramené certaines choses à manger de France, lol.
    Après niveau budget c'est une grande ville donc je comprends aussi que le loyer soit cher :/

  • Dressme

    Très intéressante ton expérience au bout de 6 mois. Les différences sont flagrantes effectivement. J'aurais aimé tenter l'expérience mais cela ne branche pas du tout mon homme.

  • Lily's Fairytouch

    Oh quel beau récit ! J'ai adoré et j'ai voyagé avec vous. Je maintiens mon rêve d'aller vivre à Montréal quelques années ! J'ai vraiment vraiment mais vraiiiiiment hâte d'entamer cette procédure !

    Bisous,
    Lydi

  • louloutediary

    Je vois beaucoup de personnes qui rêvent d'aller vivre au Canada. Une amie m'en a parlé il y a quelques semaines.
    Je ne sais pas si je pourrais tout plaquer pour aller si loin, mais je vous admire d'avoir franchi le cap !
    Qu'est ce qui te et vous manque le plus côté nourriture ?
    Passez de belles fêtes de Noël !
    Elsa

  • Coralie

    Etant expatriée en Angleterre, j'ai rencontré les mêmes défis. Parfois, côté boulot, c'est une question de fluency dans la langue… et de réseau sur place: plus le temps passe et plus c'est facile donc! Bravo d'avoir sauté le pas en tout cas. On apprécie mieux les avantages de son pays de loin… mais c'est tellement bien de vivre sur 2 cultures 🙂

  • laetitia sanchez

    Coucou, j'adore lire vos aventures dans ce pays qui me fais tant rêver ! C'est vrai que c'est déroutant lorsque l'on sort de sa zone de confort, de ses habitudes. J'ai vécu en Tunisie quelques temps et j'étais paumér au début, puis les repères sont venus petits à petits. Le canada me fais rêver depuis des année mais le manque de moyens et de qualifications fais de ce rêve, un rêve inaccessible. Je te souhaite de tout coeur de t'épanouir dans ce magnifique pays.
    bisous

  • Seven Sea

    Coucou Elsa,

    Merci pour ton commentaire, c'est vrai que de nombreuses personnes rêvent du Canada et beaucoup s'expatrient ici ! Si tu ne veux pas aller aussi loin le PVT permet d'aller dans pleins d'autres pays 🙂
    Le fromage, la charcuterie, la crème fraiche et tous les produits français qui sont, soit introuvable ici soit hors de prix…

    Passe de belles fêtes également !

  • Seven Sea

    Salut Coralie !

    Merci de partager ton expérience en Angleterre ! La barrière de la langue peux être un vrai obstacle parfois… Mais comme tu dis, c'est tellement bien de vivre avec 2 cultures 😉

  • Les Carnets d'Alice

    Ohlala le prix des abonnements: c'est dingue ! J'ai habité 6 mois dans un autre pays récemment aussi (le Japon) et ce qui m'a beaucoup étonné sur place c'est le prix des ingrédients pour cuisiner, surtout les légumes autres que champignons/soja et les fruits : cela revenait moins cher d'aller dîner presque tous les jours dans les petits restaurants familiaux du coin. Pareil pour les spécialités françaises, celles-ci étaient hors de prix, mais comme je suis végétalienne je m'en passais très bien, et les patisseries et les mets japonais sont si délicieux, on s'y fait !

  • Seven Sea

    Merci pour ton commentaire Cathy 🙂
    En effet, découvrir un nouveau pays c'est apprendre à vivre avec des habitudes complètement différentes des nôtres ! Et si parfois c'est déroutant, on s'y fait assez rapidement.
    Ah l'alimentation… c'est vraiment quelque chose qui nous manque. Heureusement on arrive à bien manger mais c'est vrai que c'est pas pareil !
    Oui le fromage est vraiment hors de prix ici donc on est obligé de faire sans… mais il y a aussi la charcuterie, la crème fraiche, les viennoiseries, la diversité des produits, la viande aussi qui coûte très cher au point où on pense presque à ne plus en manger ahahah

  • Seven Sea

    Coucou Serena !
    Merci, oui c'est une belle aventure et une belle expérience.
    Oui c'est un sacré budget c'est vraiment fou à quel point les prix peuvent varier d'un pays à l'autre…
    Ahaha oui 6 mois c'est long mais heureusement on a trouvé une superbe boulangerie française pas loin de chez nous du coup de temps en temps on se fait une petite folie !

  • Seven Sea

    Coucou,

    On a eu du mal a comprendre aussi au début !
    Pour faire simple la carte de débit est l'équivalent de notre carte bleu française, tu utilise l'argent que tu as sur ton compte en banque directement. Mais avec cette carte de débit tu es limité. Par exemple, tu ne peux pas faire d'achat sur internet avec…
    Ici, la carte de crédit est une carte qui te permet de dépenser de l'argent prêté par la banque et que tu dois rembourser comme avec un crédit traditionnel. En gros tu dépense de l'argent qui appartient à la banque. Avec cette carte tu peux tout payer même en ligne. C'est le système bancaire Nord-Américain et le système de crédit…
    Tu n'es pas obligé d'en avoir une mais cette carte de crédit te permet de constituer ce qu'ils appellent "Un historique de crédit". Cet historique est un moyen de savoir si tu es un bon ou mauvais payeur. On peut te demander cet historique lorsque tu achète ou loue un appartement par exemple. C'est un peu complexe mais j'espère que mon explication t'aura aidé à y voir un peu plus clair !

  • Seven Sea

    Coucou,

    Je comprend que l'expatriation ne plaise pas à tout le monde, c'est une décision difficile. Ce qu'il faut c'est vivre sans regrets et de la manière qui nous plait ! Vous pourrez toujours voyager et visiter Montréal pour des vacances

  • Seven Sea

    Coucou Alice,

    En effet, c'était un choc quand on s'est rendu compte des prix des abonnements…
    Super, ça a du être une belle expérience le Japon ! Chaque pays a ses particularités mais c'est vrai que c'est incroyable que ça soit moins cher de manger au restaurant que d'acheter des légumes pour se faire soi-même à manger
    On va peut-être finir par devenir végétalien aussi si ça continue 🙂

  • Seven Sea

    Coucou,
    Désolé pour La réponse tardive !
    J’espère que tu réussiras à dépasser ta peur de l’avion pour découvrir le monde et réaliser ton rêve de venir au Canada ��

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *